Imprimer cette page Imprimer cette page

L'Allocation Personnalisée d'Autonomie

Allocation Personnalisée d’Autonomie (A.P.A.)


Allocation Personnalisée d’Autonomie (A.P.A.)

Conditions pour en bénéficier

Pour bénéficier de l'APA, vous devez :

être âgé de 60 ans ou plus,
être en situation de perte d'autonomie, nécessitant une aide pour les actes essentiels de la vie,
résider de façon stable et régulière en France,
si vous êtes de nationalité étrangère, être en situation régulière en matière de séjour en France.

En l'absence de résidence stable :

Les personnes dans cette situation peuvent demander à élire domicile auprès d'un établissement social ou médico-social agréé.
Ce sont notamment des centres communaux ou intercommunaux d'action sociale (CCAS ou CIAS), des centres locaux d'information et de coordination (CLIC), des mutuelles, des services d'aides à domicile.

Ressources :
L'attribution de l'APA n'est pas liée à une condition de ressources.
Toutefois, ces dernières sont prises en compte lors de l'établissement du montant de l'APA qui vous est attribué.

Comment faire la demande ?

Dossier de demande :
Ce dossier est délivré par les services du Conseil Général de votre département.
Vous pouvez également vous le procurer auprès d'organismes de sécurité sociale, sociaux ou médico-sociaux (notamment les centres communaux ou intercommunaux d'action sociale), de mutuelles ou de services d'aide à domicile, qui ont conclu une convention avec le département.
Le dossier rempli doit être adressé au Président du Conseil Général de votre département de résidence accompagné d'un certain nombre de pièces justificatives.

Pièces à joindre au dossier :
si vous êtes de nationalité française ou ressortissant d'un état membre de l'Union européenne, une photocopie du livret de famille ou de la carte d'identité ou du passeport (d'un Etat membre de l'Union) ou un extrait d'acte de naissance,
si vous êtes d'une autre nationalité, une photocopie de la carte de résidence ou du titre de séjour,
une photocopie du dernier avis d'imposition ou de non imposition à l'impôt sur le revenu,
le cas échéant, une photocopie du dernier relevé de taxe foncière sur les propriétés bâties et non bâties,
un relevé d'identité bancaire ou postal.

Accusé de réception :
Le Président du Conseil Général dispose d'un délai de 10 jours pour vous en accuser réception et en informer le maire de votre commune.
L'accusé de réception mentionne la date d'enregistrement du dossier complet.

Si le dossier est incomplet :
Le Président du Conseil Général vous demande dans un délai de 10 jours à compter de la réception du dossier les pièces nécessaires pour le compléter, en vous en précisant le nombre et la nature.
Lorsque vous avez fait parvenir les pièces manquantes, un accusé de réception vous est envoyé dans les 10 jours, et vous êtes informé que le dossier est complet.

Examen de la demande

La demande est instruite par une équipe médico-sociale :
Si vous résidez à votre domicile, au moins un de ses membres doit s'y rendre. Vous recevez à cette occasion une information sur l'APA, vos obligations (notamment en cas de changement de situation) et les services d'aide à domicile.

Lors de la visite à domicile :
Vous pouvez demander que vos proches (ou votre tuteur le cas échéant) soient présents. Vous pouvez également demander la présence d'un médecin de votre choix. Ce médecin pourra également être consulté par l'équipe médico-sociale pendant l'examen de la demande.

Décision de classement :

En fonction des éléments recueillis, après examen de votre dossier, vous êtes classé dans une catégorie de la grille "AGGIR" (qui comprend 6 catégories, selon le degré de dépendance).
Seules, les catégories 1 à 4 ouvrent droit à l'APA.
Si vous entrez dans les catégories 5 ou 6, seul un compte rendu de visite est établi, qui vous est adressé.

Plan d'aide :
Si vous relevez des catégories 1 à 4, un plan d'aide vous est proposé, dans un délai de 30 jours suivant la date de dépôt du dossier de demande.
Il mentionne notamment le taux de votre participation financière (vous en êtes exonéré si vos revenus sont inférieurs à 739.06 €/mois, montant valable depuis le 1er mai 2014).

Délai de réponse :

Vous disposez d'un délai de 10 jours pour accepter le plan ou demander des modifications.
Dans ce cas, vous recevez une proposition définitive dans les 8 jours.
Vous disposez d'un nouveau délai de 10 jours pour l'accepter ou le refuser (attention, si vous gardez le silence, la proposition est considérée comme refusée à l'issue de ce délai).

Ouverture des droits :
Les droits à l'APA à domicile sont ouverts à la date de notification de la décision d'attribution par le président du conseil général.

Résidence en établissement :
Si vous résidez en établissement, l'évaluation est faite par l'équipe médico-sociale de la structure sous la responsabilité du médecin coordonnateur ou d'un médecin conventionné, puis confirmée par les services du département et la caisse d'assurance maladie.
Vous êtes classé à l'issue de l'examen du dossier dans une des catégories de la grille "AGGIR".
En principe, si vous résidez en établissement, la date d'ouverture des droits correspond à la date d'enregistrement du dossier.

En cas d'urgence d'ordre médical ou social :
Le Président du Conseil Général peut attribuer l'APA à titre provisoire, pour un montant forfaitaire.
Les droits sont ouverts à la date de notification d'attribution par le Président du Conseil Général.
L'examen par l'équipe médico-sociale doit intervenir dans un délai de deux mois à compter de la date d'attribution de l'allocation.

Montant :
Le montant de l'APA qui vous est attribué est déterminé :
en fonction des besoins relevés par le plan d'aide et de la nature des aides nécessaires (notamment, rémunération de l'aide à domicile, paiement de services rendus par des accueillants familiaux agréés, frais de transports éventuels),
en fonction de vos revenus (certaines ressources étant exclues du calcul).

Ne sont pas prises en compte pour le calcul du montant :
les prestations en nature des assurances maladie, maternité, invalidité, d'accidents du travail ou accordées au titre de la CMU,
les allocations logement, l'aide personnalisée au logement, et la prime de déménagement attribuée par la CAF,
le capital décès (sécurité sociale),
l'indemnité en capital versée suite à un accident du travail, ainsi que les primes de rééducation et prêts d'honneur versés par la CPAM,
la retraite du combattant et les pensions attachées aux distinctions honorifiques,
certaines rentes viagères.

Montant maximum mensuel du plan d'aide :
1 312,67 € en cas de classement en GIR 1 (dépendance la plus lourde),
1 125,14 € en GIR 2,
843,86 € en GIR 3,
562,57 € en GIR 4.
Montants depuis le 1er avril 2014

A noter :
les montants revalorisés ci-dessus tiennent compte d'une disposition particulière du code de l'action sociale et des familles. Celle-ci prévoit la majoration automatique des coefficients appliqués dans le calcul des montants des différents GIR de l'APA, afin de compenser la différence, le cas échéant, entre l'évolution des prix à la consommation hors tabac et le taux de revalorisation des pensions de retraite.

Montant attribué :
Le montant effectivement attribué est variable, puisque sont prises en compte votre situation et vos ressources.
En outre, les règles de calcul présentent des différences selon que vous résidez à votre domicile ou en établissement.
Une somme reste à votre charge (le "ticket modérateur") sauf si vos revenus sont inférieurs à 739,06 €/mois.

Seuil de versement :
L'allocation est versée seulement si, après déduction de votre participation financière, son montant mensuel est supérieur à 3 fois la valeur du SMIC horaire brut, soit 28,59 €.

En cas d'attribution provisoire pour cause d'urgence :
Le montant forfaitaire attribué par le président du conseil général est égal à 652,42 € si vous résidez à votre domicile.
Si vous êtes en établissement, il est égal à 50% du tarif afférent à la dépendance des résidents classés en GIR 1 ou 2.

Vous êtes hébergé en établissement :
Une somme minimale mensuelle doit être laissée à votre libre disposition, et le cas échéant, au membre du couple restant à domicile. La somme qui doit vous être laissée est égale à 95€.
La part des ressources devant être laissée au conjoint, concubin ou personne liée par un PACS vivant au domicile est égale à 791,99 €.
Montants au 1er avril 2014.


Récupération sur succession :
A la différence de la prestation spécifique dépendance (PSD), les sommes versées au titre de l'APA ne font pas l'objet de récupération sur la succession du bénéficiaire.

Versement, révision, suspension

Date de versement :
Le premier versement intervient pour le mois suivant sa date d'attribution.
Elle est versée au plus tard le 10 du mois pour lequel elle est servie.
Dans certains cas, une modulation différente des versements peut être proposée par l'équipe médico-sociale (versement en une fois de plusieurs mensualités pour des travaux d'adaptation du logement..).


Vous résidez à votre domicile :
L'allocation vous est versée directement si vous rémunérez une personne que vous avez vous-même recrutée, ou un membre de votre famille (à l'exclusion du conjoint, concubin ou personne liée par un PACS).
Si vous faites appel à une association agréée, la somme lui est versée directement, avec votre accord.
Vous pouvez également avoir recours au titre emploi service.

Résidence en établissement :
En cas d'hébergement en établissement, la somme est avec votre accord directement versée à l'établissement.
Vous pouvez toutefois demander qu'elle vous soit versée directement.

Obligations :
Si vous résidez à domicile, vous devez adresser au Président du Conseil Général, dans un délai d'un mois suivant la notification d'attribution, une déclaration formulaire Cerfa n°10544*02 mentionnant le ou les salariés embauchés ou le service d'aide auquel vous avez recours.
Vous devez de même signaler tout changement de situation, et produire tous les justificatifs demandés.

Révision :
L'APA fait l'objet d'une révision périodique, dans un délai fixé lors de son attribution.
Elle peut être aussi révisée à votre demande, ou à celle du Président du Conseil Général en fonction d'éléments nouveaux.
La procédure est identique à celle d'attribution de l'APA.

Le versement de l'APA est suspendu :
si vous ne remplissez pas vos obligations en matière de déclaration du personnel ou de l'organisme auquel vous avez recours,
si vous n'acquittez pas votre part de participation financière,
si l'équipe médico-sociale constate que le service rendu n'est pas celui prescrit ou présente un risque pour votre santé ou votre sécurité.

Procédure de suspension :
Vous êtes au préalable mis en demeure, par lettre recommandée avec avis de réception, de remédier aux carences constatées ou de présenter les justificatifs nécessaires.
Vous disposez d'un délai d'un mois pour répondre et régulariser votre situation.
A défaut, le Président du Conseil Général peut alors suspendre le versement de l'APA.
La suspension prend effet à compter du premier jour du mois suivant la notification par lettre recommandée avec avis de réception de la décision du président du conseil général.
Si vous régularisez ensuite votre situation, le versement de l'APA est rétabli au premier jour du mois où vous pouvez le justifier.

Autre cas de suspension :
En cas d'hospitalisation pour recevoir des soins de courte durée de suite ou de réadaptation, le versement est suspendu à compter du 31eme jour.
Il est rétabli sans nouvelle demande à compter du 1er jour du mois au cours duquel vous n'êtes plus hospitalisé.

Reversement de trop-perçu :
Il vous a été versé des sommes auxquelles vous n'aviez pas droit.
Ce montant est récupéré sur les versements ultérieurs de l'allocation.
Si vous n'êtes plus bénéficiaire de l'APA, il vous est demandé de le rembourser en un ou plusieurs versements.
Ces retenues ne peuvent excéder par versement 20 % du montant de l'allocation versée.

Seuil de récupération :

Le montant n'est toutefois pas recouvré s'il est inférieur à 3 fois la valeur du SMIC horaire, soit 28,59€ (depuis le 1er juillet 2014).

Cumul d'allocations

L'APA ne peut pas se cumuler avec :
la majoration pour aide constante d'une tierce personne versée aux titulaires d'une pension d'invalidité,
l'allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP),
l'allocation représentative des services ménagers et les aides en nature du conseil général versées sous forme d'heures d'aide ménagère.

Possibilités de cumul :
L'APA peut se cumuler avec les aides facultatives des organismes de sécurité sociale, conseils généraux et communes, sous réserve de délibération contraire de leurs instances de décision.

Situation des titulaires de la PSD et de l'ACTP

Vous êtes titulaire de l'allocation compensatrice pour tierce personne :
Vous pouvez effectuer une demande d’A.P.A. auprès du Président du Conseil Général, 2 mois avant votre 60e anniversaire et/ou 2 mois avant chaque date d'échéance de versement de l'allocation.
Dans les 30 jours suivant la demande, le président du conseil général vous informe du montant attribué.

Réponse à la proposition :
Vous disposez de 15 jours pour accepter ou refuser la proposition par écrit.
Si vous ne répondez pas dans ce délai, il est considéré que vous avez choisi de continuer à percevoir l'ACTP.

Prestation spécifique dépendance (PSD)
La PSD vous a été attribuée avant le 31 décembre 2001.
Vous pouviez soit continuer à la percevoir, soit faire une demande d'APA auprès du président du conseil général.
A compter du 1er janvier 2004, les bénéficiaires de la PSD n'ayant pas fait la demande ont vu leurs droits à l'APA automatiquement examinés.

Allocation différentielle :
Dans tous les cas, si le montant de l'APA attribué est inférieur à celui de la prestation (ACTP ou PSD) que vous perceviez auparavant, vous percevez une allocation différentielle pour assurer le maintien des droits.

Recours

Vous souhaitez engager un recours :

en cas de refus d'attribution de l'allocation,
si vous contestez le montant attribué,
en cas de suspension ou de réduction de l'allocation suite à un contrôle par l'équipe médico-sociale...
Vous disposez de deux possibilités.

Recours amiable :
Vous pouvez engager un recours devant la commission de l'APA de votre département, présidée par le président du conseil général.
A cette occasion, cette commission est élargie à des représentants des usagers.

Recours contentieux :
Vous pouvez également introduire un recours dans un délai de deux mois à compter de la notification de la décision contestée auprès de la commission départementale de l'aide sociale.
Si sa décision ne vous satisfait pas, vous pouvez déposer un recours auprès de la commission centrale d'aide sociale, dans un délai de deux mois à compter de sa notification.

Recours en cassation :
En dernier recours, les décisions de la commission centrale d'aide sociale sont susceptibles d'un recours en cassation devant le Conseil d'Etat.

Où s'adresser pour toute information ?

Pour toute information, adressez-vous :
au CCAS
au Conseil Général de votre département de résidence,
en cas de recours, au bureau d'information du public du Conseil d'Etat.




Page précédente : Les aides liées à la dépendance
Page suivante : ARDH